Tout ce qu’il nous reste de la révolution, c’est Simon

Saint-Georges-de-Didonne

Collectif L'avantage du doute

Tout ce qu’il nous reste de la révolution, c’est Simon

Les gens ne sont pas souvent d’accord dans un collectif. Pour nous ce désaccord est une force créatrice, une source d’énergie et de questionnement fondamental. Écrire et jouer sont pour nous une tentative de transmettre aux spectateurs ce goût du dissen- sus. Tout ce qui nous reste de la révolution, c’est Simon est le postulat sur lequel s’est fondé notre collectif.

Quel engagement est le nôtre quand nous prenons publiquement la parole sur une scène et que nous choisissons les mots que nous disons ? Est-ce là un engagement po- litique ? Qu’est-ce que c’est que l’engagement politique ? Ces questions sont devenues le sujet même du spectacle. Rapidement Mai 68 a fait son apparition dans nos discus- sions. Il nous fallait en passer par là pour arriver à questionner le présent.

« Mai 68 », référence en art, en politique, paradigme apparemment indépassable
de l’engagement, mythe de notre enfance, histoire de nos parents, histoire aussi de Simon Bakhouche, un des comédiens, rêve ou repoussoir ? Les utopies et les luttes des années 68-70 se sont imposées comme un repère commun, un chemin pour question- ner le rapport de l’intime et du social, du politique et de la famille, de l’art et de la vie en société aujourd’hui.

Réserver en ligne Réserver en ligne

Théâtre

/ Durée : 1h 00mn

Tarif

Plein 24€, adhérent Créa 19€, réduit 13€

Date

16h31 > Saint-Georges de Didonne > salle Bleue